0
Votre panier est vide

Huile d'Olive et Olives de Provence - 2015 : un bon cru !

Oublions vite l'année 2014

Sophie Gohé

Pur jus de fruit naturel, les bienfaits de l'huile d'olive ne sont plus à démontrer.

Sa consommation ne cesse d'augmenter dans le monde (+60% en vingt ans, notamment en Chine, États-Unis, Australie ou Canada).

Elle possède ses crus, comme le vin ses cépages. Rattachés au terroir de production, ils apportent une identité gustative unique à chaque huile que la richesse du vocabulaire illustre : ardence, douceur, fraîcheur herbacée, goût d'artichaut, de fruit rouge, de noisette et d'amande mêlée, ...
Bref, de quoi attiser les sens et aiguiser la curiosité olfactive !

Une belle production à nouveau en 2015

L'année 2014 a été catastrophique et les quantités récoltées ont dramatiquement chuté en Provence et plus largement en PACA, qui est de loin la plus grande région productrice française.

En cause : la conjugaison de la mouche de l'olive, Bactrocera oleae, qui s'est abattue sur le bassin méditerranéen en 2014 à cause d’un hiver doux et d’un été pluvieux, ainsi que la bactérie tueuse d'oliviers, Xylella fastidiosa, qui s'attaque aux végétaux et les assèche, repérée en Italie et en Corse.

Jusqu'à 65% de la production nationale a été perdue, notamment en agriculture biologique, d'où une hausse du prix moyen en 2015 de de 5 à 10 %, allant jusqu’à 30 à 40% en 2015.

Précisons que la qualité de "l'or vert" n'a pas été remise en cause par cette mouche mais seulement les quantités produites. 

2015 s'annonce – heureusement ! – sous de meilleurs auspices (mais il est difficile de faire un pronostic fiable avant fin juillet) et les consommateurs pourront à nouveau trouver leur huile favorite à un coût raisonnable.

Olives et Huile d'Olive de Provence

Olives à huile, Olives de table : différentes variétés

Les deux grandes familles d'olives, vertes et noires, regroupent plusieurs variétés : 6 pour les olives vertes, 3 pour les olives noires, et 5 appellations appellations d'origine protégée (AOP).

La  classe I rassemble les huilles d'intérêt cultural et commercial les plus recommandés par la production fruitière française.

Olives à huile provençales

  • L'Aglandeau ou Blanquette, Berruguette, Verdale du Vaucluse : ses arômes se retrouvent dans l'AOC de la Vallée des Baux, l'AOC du Pays d'Aix et l'AOC de Haute Provence dont elle assure la réputation. Sa saveur puissante et ardente avec des effluves d'artichaut et d'herbe verte, en fait une huile de garde de caractère, au potentiel de vieillissement surprenant. 
  • La Bouteillan ou Plan d'Aups, Redounan, Plan de Salernes, possède des arômes liés à la période de récolte : précoce, l'huile est ardente et herbacée, tardive, elle développe un goût de poire mûre avec un arôme banane assez prononcé. Son huile fine se retrouve surtout en assemblages.

Variétés d'olives de table

Vertes : 

  • « Olive de Nîmes », variété Picholine, classe I. Récoltée tôt, elle donne une huile très ardente, tandis que plus tard son huile très forte et souvent utilisée dans les assemblages. Elle est appréciée des amateurs de cocktails.
  • « Olives vertes cassées de la Vallée des Baux de Provence » (Salonenque et Aglandau)
    Les oléiculteurs Bio cultivent la Salonenque car elle n'est pas attaquée par la mouche. Son huile, à la douceur et finesse incomparable, est souvent assemblée à des huiles puissantes comme l'Aglandeau.

Noires :

  • « Olive noire de Nyons » (variété : Tanche ou Olive de Carpentras, classe I)
    La plus connue des olives noires cultivées en France possède de gros fruits ronds parfois en forme de cœur et une douceur qui ont contribué à sa réputation mondiale.
  • « Olive de Nice » (Cailletier)
    Petit fruit ovoïde au noyau allongé, elle produit une huile très douce surtout en début de récolte. La fin de récolte, avril-mai, permet de produire une huile « fruitée noire ».
    Cuite, elle est très légère et digeste. Crue, elle est très appréciée des nouveaux consommateurs avec ses saveurs d'amande fraîche et de noisettes. Sa chair savoureuse, au goût de pomme, est très appréciée en olive de table.
  • « Olives noires de la Vallée des Baux de Provence » (classe I, Grossanne) 
    son gros fruit rond à pulpe abondante est très savoureux.

On trouve aussi des variétés pas (encore) labellisées, comme la Lucques (classe I), à lachair abondante, récoltée pour la conserve en octobre et pour l'huilerie en décembre ; c'est la variété la plus appréciée des consommateurs.

Pour aller plus loin : Association française interprofessionnelle de l'olive : http://www.afidol.org/

Retrouvez sur notre site les huiles d’olive de Provence de grande qualité
en direct de nos producteurs

L'Huile d'Olive 2015 est arrivée !

Retrouvez également notre articlme détaillé sur la production de l'huile d'Olive : L'huile d'Olive 2015 est arrivée !